J’ai des gnocchis Ă  prĂ©parer mais l’hĂŽtel ne peut pas me les prĂ©parer ce matin car la cuisine n’est pas encore ouverte Ă  6h30. J’utilise la thĂ©iĂšre de la chambre et cela fonctionne plutĂŽt bien! J’ai fais un cauchemar cette nuit, j’ai rĂȘvĂ© que je courrais le marathon et qu’au km 35 je rĂ©alisais que j’avais oubliĂ© de mettre mon dossard. Je prends une douche froide, me masse les jambes puis prend la ligne 1 du mĂ©tro jusqu’Ă  Plaça Espanya. Je me place dans le SAS de dĂ©part « – de 3h » et rĂ©alise des gammes d’Ă©veil musculaire. Je discute avec les coureurs autour en cherchant un potentiel partenaire d’allure, la plupart visent 2h55, je ne suis pas suffisamment bien placĂ© mais ce n’est pas grave. La tempĂ©rature est idĂ©ale et je dĂ©marre ma playlist de 2h40, l’objectif de la matinĂ©e Ă©tant de terminer avant que celle-ci ne se termine.

IMG_20190310_075638

Pour bien dĂ©marrer, un đŸ„ « It’s Alright » de Mother Mother passe super bien. Les confettis sont lancĂ©s, je zigzag entre des coureurs – accĂ©lĂ©re pour dĂ©passer un grand groupe et aprĂšs m’ĂȘtre bien positionnĂ© je regarde ma montre, 2 km, allure moyenne 3’28 / km. Je suis parti vite, bien au dessus de la moyenne que je me suis fixĂ© Ă  3’45 / km. Je me sens bien malgrĂ© la vitesse, je demande avec mon anglais accent français Ă  un coureur quel temps il vise, il me rĂ©pond « 2h40 » ; un autre coureur entend que nous parlons en français et il nous dit que l’on est parti un peu vite pour 2h40 🙂 Je lui demande combien il aimerait faire et il me dit « 2h33 ce serait top ». Je rĂ©flĂ©chis et je me dis que je vais profiter du fait que je me sens bien pour faire quelques kilomĂštres avec lui. Il vient de Corte en Corse, j’apprendrai aprĂšs la course qu’il a battu le record d’un fameux ultra traileur pour la traversĂ©e de la Corse via le GR20 – puis il s’est fait battre Ă  nouveau par un autre ultra traileur quelques mois aprĂšs. Au KM 7.5 je prends mon premier gel et un coureur sans dossard se joint Ă  nous deux, il a vu que je portais le maillot de Monaco et donc nous demande en français combien on souhaiterait faire, je lui dit « 2h38 ce serait bien mais j’ai les jambes aujourd’hui donc pourquoi pas moins ». Il s’appelle Simon et s’entraĂźne pour le marathon de Rotterdam, il va me tenir compagnie pendant une bonne partie du marathon, un vrai support moral. Au KM 10 je regarde ma montre « 35 min 56 secondes » et je me dis « Bon sang, Laurent (coach ASM AthlĂ©tisme) va me tuer d’ĂȘtre parti aussi vite » 😅. Vers le KM 12 je passe devant la Sagrada Famiglia, c’est tellement beau et vu que je ne ressens pour l’instant aucune gĂȘne, je prends le temps de bien l’observer. Puisque je suis parti aussi vite et puisque je me sens aussi bien, je me dis que je vais continuer jusqu’au KM 21 Ă  cette allure; cela me donnera une marge de manoeuvre plus grande sur la seconde partie pour rĂ©aliser mon 2h38. Vers le KM 18 je sens que ça monte, je demande Ă  un autre coureur que l’on se relaye 1 KM chacun – il accepte et on rĂ©ussit Ă  rejoindre un petit groupe au KM 21. Je me rappelle que le dĂ©nivĂ©lĂ© est lĂ©gĂšrement descendant entre le KM 21 et 25, je reste bien protĂ©gĂ© dans ce groupe et continue Ă  suivre ma stratĂ©gie d’alimentation: 1 gel toutes les 20 minutes et quelques gorgĂ©es d’eau tous les 2.5 KM. Vers le KM 27, le groupe commence Ă  s’Ă©longer. Je regarde ma montre et je me dis qu’il faudrait que j’arrive le plus proche des 33 KM Ă  2h de course afin de n’avoir que 9 KM Ă  parcourir en 37 minutes. J’accĂ©lĂšre lĂ©gĂšrement en entendant 🎾 « Could Have Been Me » de The Struts vers le KM 29 – je sais que j’approche de la plage et qu’il y aura probablement du vent. J’arrive donc prĂšs de la cĂŽte et il y a effectivement du vent – je serre les dents et recherche du regard des drapeaux afin de savoir si il est contre ou avec moi. Je vois des drapeaux pointer vers la mer, j’en conclue un vent venant Ă  peu prĂšs du Nord, je sais que je vais vers le Sud-Ouest Ă  cette partie de la course pendant les 3 prochains KM et me rĂ©jouis donc qu’il est avec moi aujourd’hui. Au KM 32.5 je bois et m’asperge la tĂȘte et les jambes. Celles-ci commencent Ă  ressentir la fatigue musculaire ; je m’accroche visuellement Ă  un coureur devant moi qui a un tatouage ironman sur son mollet et je me rassure en me disant qu’il ne me reste que 9 KM Ă  parcourir. Au KM 35 je vĂ©rifie si j’ai bien toujours le dossard sur moi.

IMG_20190311_125903

Je ne me souviens plus trop de la fin de la course aprĂšs ĂȘtre passĂ© sous l’arche de l’arc de triomphe prĂšs du parc de la Ciutadella, je sais juste qu’il y avait de longues avenues et que je me suis interdit de regarder ma montre aprĂšs le dernier gel prit au KM 37. Je monte une avenue ombragĂ©e et je sens que celle-ci est montante, serais-ce la derniĂšre montĂ©e que j’avais vu sur le profil de la course? Je regarde ma montre et je lis 2h33:35 – 42.6 KM. J’ai bien fait de ne pas me baser sur la distance affichĂ©e sur la montre mais sur les panneaux au bord de la route, cela m’avait coĂ»tĂ© 3 minutes il y a deux ans. Il reste environ 500m, mes jambes rĂąlent, je les tappotes et leur dis merci et je leur demande de tenir le coup. Je vois les 2 tours ⛩ de la place et la foule, j’enlĂšve ma casquette et savoure les 200 derniers mĂštres seul. Une fois la ligne franchie, soulagement. Je tape amicalement l’Ă©paule d’un coureur pour le fĂ©liciter, il me tend la main – c’est Marcel Zamora, un de meilleurs triathlĂštes des 10 derniĂšres annĂ©es. Il finit 14 secondes devant moi. Je me dis « Bon sang j’ai fini derriĂšre Zamora! » Je retourne lui serrer la main une seconde fois pour deux raisons: vĂ©rifier que je ne rĂȘve pas et parce que je me dis que cela va me porter chance pour la suite 🍀.

IMG_20190310_112352

https://www.strava.com/activities/2203339497